Mon choix

Certains auront vu sur Twitter, Facebook ou identi.ca que Sylvain a mis une petite campagne en marche et que j’y participe. Tant qu’à afficher mes préférences politiques sur ces plate-formes, aussi bien les expliquer un peu. (Pour ceux qui n’auraient pas compris, je vais voter Québec Solidaire lundi prochain)

À la base

J’habite la circonscription de Mercier et j’ai donc la chance d’avoir Amir Khadir comme candidat, mon choix part de là. Je considère que Mr. Khadir est une personne que nous nous devons d’avoir à l’assemblée nationale, peut importe vos penchants côté politique, j’espère que vous appréciez avoir des élus intelligents, prêts à collaborer et qui apportent du contenu aux débats? C’est mon cas. Je veux y voir du monde intelligent, réfléchi, du monde “qui torche” et dans cette optique le meilleur choix dans Mercier, c’est Amir Khadir.

Après ça, on passe aux sujets auxquels je m’intéresse et qui doivent avoir une place dans nos débats de société : l’environnement, le développement durable, la surconsommation, etc. Ensuite l’internet, l’accès à celui-ci, les règles de copyright, de domaine publique, un gouvernement ouvert, des standards ouverts, etc. Pour ces deux groupes de sujets c’est pas tellement compliqué, les offres des partis sont tellement minimes, voir même inexistantes, que s’en est pathétique. Seul Québec Solidaire (et les verts mais ils sont plutôt en débandade) offrent une vraie plate-forme environnementale et durable, un autre bon point dans ma décision.

QS est le seul parti à avoir fait le moindre effort pour venir nous chercher, moi et ma “tribu”, ou nous travaillons et passons une grande partie de notre vie; en ligne. Un autre bon point pour eux.

De l’internet

L’internet s’insère de plus en plus dans nos vie, a un impact sur de plus en plus des aspects de notre quotidien, offre de grands challenges et de grandes opportunités, c’est un facteur majeur dans la futur de la société. Que ce soit chez les voisins du sud ou les cousins français, les dernières années fournissent plusieurs exemples de l’usage de l’internet en campagne et des dizaines de pays montrent une ouverture à l’appropriation de ses technologies, un parti qui ne soit pas capable de s’y présenter de façon décente, de comprendre le moindrement comment y faire ça place, un tel parti ne mérite pas mon vote. Québec Solidaire n’est pas parfait non plus sur cet aspect mais ils montrent au moins une ouverture et une compréhension de la chose. De ne rien comprendre à l’internet (ou de comprendre mais d’être trop encrouté pour bouger) est un comportement dinosaurien dangereux et un très mauvais symptôme. Je ne veux pas voter pour des dinosauriens.

De la gauche

Ouin mais s’t’un parti d’communistes. D’aucuns ont peur de la gauche. C’est votre choix évidemment mais regardez bien les propositions du parti et faites ensuite un tour du monde. Les sociétés en santé, celles ou on ne trouve pas d’inégalités criantes, les endroits ou il fait bon vivres, ou il n’y a pas de pollution sans limite, de surcomsommation effrénée, se sont les sociétés scandinave. Je le dit et le répète souvent, si nous voulons trouver des directions à prendre, des inspirations pour améliorer notre province et notre pays, c’est vers la Suède, la Finlande, le Danemark, l’Islande (sauf leurs banques) et même l’Estonie qu’il faut regarder. Les États Unis sont en train de faire faillite et, sauf pour Obama, font pitié sur presque tous les aspects d’une société en santé. Svp est-ce qu’on peut regarder ailleurs? En se faisant, vous verrez bien qu’un parti pas mal à gauche ici est un parti très à l’aise dans les pays que nous devons émuler.

Il faut oublier cette espèce d’association malsaine que nous faisons entre la gauche et les communistes. Ce que QS offre c’est un plan pour une société ou on trouve non pas une population qui se divise le tout également et ou tout le monde vit entre égaux, tous aussi pauvres. C’est une société ou chacun peut encore faire sa vie comme maintenant mais ou ont fait les choses ensemble, en collaboration. L’idée, telle que je la comprend, l’envisage, n’est pas de descendre les riches pour être tous égaux mais de penser aux autres plus souvent. Quand on crée, invente, produit quelque chose, c’est fait dans le respect des autres et de l’environnement ou nous vivons, dans le respect de ceux qui vont nous suivre et en donnant un coup de pouce à ceux qui nous entourent. La gauche dont on parle ici c’est la gauche ou on s’organise nous-même pour y parvenir, au lieu de faire confiance aveuglément à la magie du marché pour y arriver.

De l’économie

Nous sommes au début d’une tempête économique sans précédent, le capitalisme à tout prix qui devait régler tous les problèmes et nous mener vers un si beau monde, nous pouvons maintenant le regarder craquer de toutes parts et tomber en morceaux, est-ce que nous voulons vraiment continuer dans cette direction?

De l’indépendance

“Ouin mais Pat, c’est des séparatissses”. En effet, Québec Solidaire est pour l’indépendance. Il y a quelques mois je demandais un peu de vision et j’affirmais que si quelqu’un pouvais me montrer un plan adressant certains thèmes et que je pouvais croire qu’un plus petit pays, qui recommencerait sur des bases nouvelles, pourrait les accomplir, que je serais prêt à écouter un plan d’indépendance. Lisez ce que le parti offre et vous verrez que ma liste est quand même bien couverte par leur programme.

Je ne suis pas encore 100% convaincu de vouloir lâcher le Canada (ou construire un nouveau Québec, selon votre point de vue) mais une chose est certaine: le Québec est assez en manque de vision et le Canada assez mélangé pour qu’au minimum, au minimum, je veuille pousser pour qu’on entende une voix qui offre quelque chose de nouveau et d’adapter au futur. On va commencer par faire avancer Québec Solidaire, commencer par emmener ses idées dans les discussions et ont continuera ensuite la réflexion mais si ceux qui ont la meilleure vision sont aussi ceux qui veulent l’indépendance, j’écoute.

  1. Very interesting, Patrick. I don’t support QS, but I understand and largely agree with your reasons for supporting them considering your past political writings.

    The one thing that I wonder about is that although you dismiss the Parti vert, they did receive more votes than QS in the last election – and did so with almost NO media coverage (not to mention no advertising).

    QS has always been very well covered in the media, particularly in Le Devoir, and that they couldn’t translate that to even 4th position over the Greens demonstrated for me that they’re not yet to be taken very seriously no matter how interesting their positions may be.

    That said – they’re a very new party, and perhaps they will continue to build. I guess we’ll see in 5 days.

  2. @michael The greens had an interesting leader who got some coverage, they don’t have him anymore and I think mostly build on the awereness of people for Greens everywhere. Plus as I said I’m in Mercier so in my case QS is probably more credible than for people in some other ridings.

    @cfd d’oh! En effet, corrigé.

  3. Tu résumes pas mal bien mes propres conclusions. Merci!

    La seule différence pour moi est que je suis pour l’indépendance, et à fond la caisse en plus. Quand je vois Harper déconner à Ottawa, quand je vois que dans moins de 50 ans, les francophones pourraient être minoritaires sur l’île de Montréal et 70% de la population dans la province. Ça me conforte assez facilement avec ce choix. Rester dans le Canada signifie une mort lente de la culture francophone au Québec. Rien n’est moins certain à mon avis.

    Devenir indépendant, c’est nous donner une chance de devenir la Finlande d’Amérique du Nord. Ça ne sera pas possible tant que nous serons une province.

  4. @alex De quelle façon ça se passerait selon toi à Montréal pour que le français arrête de régresser post séparation? Montréal n’est pas moins francophone parce que faisant partie du Canada selon moi donc je me questionne sur qu’est-ce qui changerais.

    Pas d’ouverture vers les anglos et ils foutent le camp? (Dans ce cas, méchant coup à l’économie) Mesures plus sévères vs l’apprentissage du français par les arrivants? “Turbo loi 101”? Incitatifs pour l’immigration francophone?

  5. @alex “la” culture francophone? Une seule? Celle des pure-laines sans doute?

    une culture se vit et se reconstruit. ce qu’on defend c’est du folklore, une identite imaginaire qui permet d’hair les anglos sans gene.

    Devenir indépendant c’est se faire engloutir dans le geant Americain, ce qui semble etre l’agenda politique et culturel de cette belle province.

    @patrick il y a bien des choses qui me semblent bonnes dans l’agenda du QS, et je trouve ta position tres nuancee. Merci de l’avoir expliquee.

  6. @ Daniel: J’ai pris soin de spécifier la culture FRANCOPHONE. Je n’ai pas dit la culture québécoise en général. Nuance. Je n’hais pas les anglophones québécois. Oublie ça d’essayer de me faire porter la ceinture fléchée. Ça ne fonctionnera pas. Je consomme peut-être davantage de culture anglophone québécoise que toi. (je dis «peut-être» je ne te connais pas). Je consomme autant des deux cultures. J’admire les anglos qui vivent en harmonie avec les francos et vice-versa. Ceux qui s’isolent dans la culture ANGLOPHONE me semblent aussi constipé que ceux qui s’isolent dans la culture francophone et qui aiment détester les anglos. Je ne fais pas partie de ceux-là. Pour moi, la culture québécoise inclus toutes les identités culturelles. Alors svp. laisser tomber le vieux morceau francos vs anglos. Ce n’est pas moi qui a mis ce point sur la table… Tu cherches des poux là où je n’en ai pas mis. Mon point était spécifique à la culture francophone. Si nous ne faisons rien pour la protéger, la développer et l’entretenir, elle mourra tranquillement. Pour devenir folklore justement. Selon moi, l’indépendance aidera à réaliser cet objectif. Ainsi, par exemple, nous serons seuls à juger (et vivre avec notre décision à nous) si nos artistes peuvent recevoir des subventions pour rayonner à l’extérieur du pays. C’est une décision du fédéral qui coupe aujourd’hui les vivres à des entreprises comme le Cirque Éloïze.

    En quoi devenir indépendant fera que nous serons englouti par le géant américain? J’y réfléchi et je ne trouve pas…

    Pour répondre à Patrick, en ce moment, un immigrant qui arrive au Québec ne juge pas primordial et nécessaire d’appendre le français. Pourquoi? Simplement parce qu’il se dit qu’il vit au Canada. Un pays majoritairement anglophone. Te viendrait-il à l’idée de ne pas apprendre l’Espagnol si tu émigrais en Espagne? Poser la question, c’est répondre à celle que se poserait les immigrants qui viendrait au Québec en le choisissant comme pays. C’est naturel comme décision. Pas besoin de mesures drastiques ou de loi 101 à la Hitler là. Juste du gros bon sens. Qui va choisir un pays et ne pas vouloir en apprendre la langue officielle? Bien peu de gens à mon avis. Ça sera peut-être le choix d’irréductibles bornés qui ne veulent pas s’intégrer à une culture. Mais bon, c’est leur choix. Ceci dit, que ça plaise ou non, la langue officielle au Québec, c’est le Français. La chance de pouvoir y vivre en anglais devrait être perçu comme une preuve d’ouverture du peuple qui les accueille et un «privilège» plutôt qu’un choix tout simple et naturel comme en ce moment. Ce choix tout simple est dicté par le fait que nous faisons partie d’un pays majoritairement anglophone. Voilà le problème actuel et voilà pourquoi le français recule à chaque décennie.

  7. @Alex. Entre Acadiens et Francais, Quebecois et Francais ou Acadiens et Quebecois ca se comprends pas toujours. Sans parler de nos amis Suisses, Belges ou d’Afrique francophone.

    La culture francophone” j’y crois pas. Hosti des foe on se comprends meme d’une region a l’autre, meme icitte.

    Pour ce qui a trait du Francais, pour moi c’est l’economie et non le politique qui prime a long-terme. L’independance politique est aisee quand on a l’independance economique. C’est vrai pour une entreprise comme Cirque Éloïze, et c’est vrai pour un etat ou une nation.

    Le malaise le plus profond c’est le manque de vision partagee. Hormis la langue francaise, les quebecois de droite ne s’accordent pas avec les progressistes. Et tant que la langue et le seul etendard, les anglophones se senteront naturellement vises.

  8. Euh… Et les Californiens, tu penses qu’ils comprennent toujours les Texans toi? Ou les irlandais? Ou les Australiens?

    Mais de quoi tu parles en fait? Je parle de la survie de la culture francophone du Québec et tu me parles des Suisses. Hmmmm… Tu mélanges les affaires. Je pense que je perds mon temps à discuter avec toi. Anyway, ici, C’est vraiment pas l’endroit pour établir une discussion entre toi et moi.

    Peut-être que tu voudras réfléchir à ton argumentaire à propos de la culture francophone du Québec et nous écrire ça en anglais sur ton blogue…

    Profites-en pour étayer à propos de ta drôle de phrase: «Devenir indépendant c’est se faire engloutir dans le geant Americain, ce qui semble etre l’agenda politique et culturel de cette belle province.»

    Et rester dans le Canada nous protégera culturellement du géant américain?!? Là, vraiment, faut que tu m’expliques, mon gars. Parce que moi, quand je lis des niaiseries semblables, je me fends la rate tellement je trouve ça stupide comme argument.

    Allez, explique nous ça en anglais sur ton blogue de French guy! Ça va être encore plus amusant!

Comments are closed.