Les Boomerangs, meilleur mélange

L’an passé j’ai un peu varlopé les Boomerangs (avec précisions par la suite). Je m’y attaquais parce que je considérais que les sites Flash occupaient une beaucoup trop grande part des résultats, que les résultats ne reflétaient pas la réalité du web. Je n’avais pas pu résister non plus à attaquer le Flash quand même assez raide et ce bout là avait pris plus de place dans les réactions que mon point initial, mauvais calcul de ma part côté mise en valeur du point principal.

Cette année, ça flotte pas mal moins, les Boomerangs 2008 ont fait beaucoup plus de place aux sites non Flash et nous ont donné un mélange de beaucoup supérieur. On voit encore les tendances mais maintenant elles s’appliquent à plus de type de sites.

Les chiffres

Notez d’abord que j’ai fait le tout très rapidement, à la bonne franquette, que je m’attarde uniquement au volet “sites internet” et que je ne suis pas retourné à 2007 pour être certain de qu’est-ce que j’avais mis où vs cette année ou j’ai séparé en trois catégories. L’an passé, j’avais mis ça à 37 sites dont 8 non-Flash pour un total de 78% Flash, 85% si ont enlevait les sites de nouvelles qui pouvaient difficilement être Flash. Alors que cette année, pour 38 prix :

  • 17 prix à des sites Flash
  • 15 prix à des sites HTML
  • 6 prix à des sites “mix”
  • Plus celui-ci qui n’est plus en ligne et qui pourrait être un ou l’autre.
    (on me dit “mix”)

Dans “mix” j’inclus les sites HTML ou on insère du Flash et ou ce Flash constitue le gros du site. On pourrait les mettre d’un côté ou de l’autre. Être négatifs on pourrait dire que c’est encore un site Flash avec un peux de HTML mais ont pourrait aussi dire qu’ils utilisent le Flash ou il est nécessaire. Je les gardent à part et les considèrent comme un autre exemple de transition.

Comme je le mentionnais, c’est vraiment un regard super rapide et je n’ai pas noté en détail ni analysé beaucoup mais au “pifomêtre” j’aurais aussi tendance à dire que les sites Flash utilisent la chose à bon escient, ce n’est pas du Flash parce qu’on ne sait rien faire d’autre ou pour assurer du contrôle au pixel prêt, la plupart reflètent un besoin. Me semble.

Pour les sites HTML, j’ai aussi fait un petit “view source” super rapide pour avoir une idée vraiment superficielle des techniques. Une espèce d’analyse à la Blink Gladwell. Ceux à qui je donnerais des mentions :

Et dans les fleurs, félicitations à Praized pour leur Prix spécial du jury.

Conclusion

Grosse grosse progression de mon point de vue. Pour représenter le web il devrait y avoir encore moins de Flash mais dans un contexte prix design par des designers (visuels/graphique), les Boomerangs sont maintenant à un mélange qui a plein d’allure, faites donner des prix par des programmeurs ou même peu importe la spécialité mais par des gens en “startup” et vous auriez des mix différents, ici c’est un mélange design avec une ouverture plus générale et inclusive de tout le web qu’auparavant. Nice.

[Mise à jour 30 minutes plus tard] J’ai ajouté “visuels/graphique” à “designer” parce que si ont voit le design de façon plus “wholistique”, incluant le design d’information, le design comme dans solutionner, qu’on inclus de l’utilisabilité, etc. On aurait encore une autre mélange.

J’avais aussi oublié de mentionner que ma prédiction donnée sur Twitter de 67% Flash était dans le champ ou pas très bonne. C’est plutôt 44% ou 60%, selon qu’on inclut les 5 “mix” ou non.

  1. Personnellement, juste le fait qu’une application comme Praized ait gagné un prix montre la bonne volonté de l’organisation des Boomerangs. En espérant que cela amène d’autres entreprises à inscrire leurs réalisations sans se dire que c’est sûr qu’elles ne gagneront pas parce qu’elles ne sont pas fait en Flash ou qu’elles ne sont pas seulement axées sur du visuel.

    Ceci dit, j’aime le ton de ton post — ça devrait faire taire ceux qui disent que tu ne fais que chialer ;)

  2. Merci pour les props Patrick, j’ai fait une bonne partie de Trueroots.

Comments are closed.