Vaisseaux d’or

Il semble que mon entrée concernant les Boomerang a eu pas mal de “succès”. Maintenant que les petits amis qui ont conçu les sites gagnants sont arrivés dans les commentaires, ils s’offusquent de l’étronté que j’attribue à leurs oeuvres. Je sais, pour avoir été dans ma tête au moment de l’écriture, que je pensais plus à la qualité de flottaison des étrons qu’à leurs qualités esthétiques quand je les utilisaient dans ma comparaison mais je peux comprendre que les créateurs aient oubliés ma note qui disait; “Y’en a de vos sites flashturbatoire qui sont beaux, mais c’est juste ça, beau.” et se soient sentis dénigrés. J’ai presque le goût de m’en excuser mais, bof, non. Ils n’aiment pas non plus que j’utilise le terme “flashturbation” mais considérant que c’est utilisé depuis 2000, incluant par des développeurs Flash, je suis un peu surpris de la réaction.

Ceci dit, même si mon entrée c’était terminée par: “Ils glissent sur une mer de soie, tels des vaisseaux d’or finement ciselés par des artistes bénis, touchés du divin, faisant rêver les enfants et pleurer de joie les grand-mères, nous faisant oublier les horreurs de ce monde, intouchables, éphémères, parfaits”. Mes points principaux demeurent; ces sites ne font pas partie intégrante du web et, surtout, les Boomerangs les récompensent en trop large part.

Martin ‘ponctuation excessive’ Ouellette trouve que “Ce concours essaye de souligner ce qui se fait de nouveau, ce qui nous fait avancer. Et désolé les boys, la technologie ne définie pas seul l’innovation.”. C’est pas fou et j’apprècie le design, l’innovation autant sinon plus que mon prochain. Mais les Boomerangs c’est “le concours qui récompense les meilleures communications interactives et les sites Web conçus par des entreprises québécoises”. Les meilleures, pas les plus turbo petées qui rebondissent d’une façon nouvelle. Les meilleurs. Indépendemment de mon… désintérêt envers le Flash, le point central demeure. Les meilleurs sites web ne sont pas à 79% (ou 85%) conçus en Flash, les Boomerangs devraient refléter cet état des choses.

11 Comments

  1. Je ne suis pas tout à fait d’accord avec ton opinion sur le Flash vs les Boomerangs, mais c’est rafraîchissant de voir quelqu’un dire le fond de sa pensée et de persister.

    Oh, and “Mathieu ‘ponctuation excessive’ Ouellette”… LOL :)

  2. Malgré le fait que tu y es allé un peu fort avec les mots, ça aura eu le mérite de lancer un débat. Fort probablement que bien des gens du milieu n’y avaient pas réfléchi avant d’ailleurs!

    J’espère que ceux qui utilisent la technologie Flash à-qui-mieux-mieux réaliseront qu’on ne conçoit pas un site web comme on conçoit une brochure : le web ça bouge et faut faire avec. C’est là toute la beauté de la chose!

    Comme je disais sur mon blog, ce n’est certainement pas grâce aux flashturbateurs que nous avons aujourd’hui des plate-formes pour bloguer, des applications comme Flickr et des feeds RSS. Qu’ils se le tiennent pour dit.

  3. Moi je suis juste contente de voir le mot “polémique” lancé aussi rapidement vers quelqu’un d’autre. ;-)

  4. J’adore l’analogie que Marie-Claude vient de faire avec le Flash et les dépliants. Moi je pousserais l’idée encore plus loin…

    Un site web entièrement conçu en Flash est aussi minable qu’un site web ou le texte est entièrement figé dans des JPEGs. Le Flash devrait être un contenu a insérer dans un contenant HTML, jamais le contraire.

  5. @Laurent: Je ne crois pas que les gens qui font des sites complètement en Flash soient opposés à du texte dans un jpg donc c’est pas très disuasif. ;)

  6. Ouais, mais je parle ici d’un site web COMPLÈTEMENT fait en JPG… Je n’ai rien contre l’utilisation d’images pour présenter un titre utilisant une police peu commune (à quand l’intégration des polices au CSS3?) mais un site au complet, c’est idiot.

  7. Je crois être un meilleur designer aujourd’hui parce que j’ai des amis comme Pat et Toine qui mon appris c’est, quoi SiFR entre autres choses. C’est pas de l’art que l’on fait #$%?!, nous sommes dans le domaine des communications marketing. Si un site n’est pas indexé dans un engin de recherche on ne peut pas le trouver et c’est pas bon pour nos clients essayent éperdument de vendent leurs produits. C’est comme ouvrir un commerce dans le fond d’une ruelle dans un quartier résidentiel sans enseigne et penser avoir de l’achalandage.

    Pour ce qui est de l’utilisation du mot étron je trouve que ça donne un peu de couleur à un billet qui aurais autrement été banal ; ) et donne également plus de consistances au propos toute en se moulent très bien au reste des mots soigneusement utilisé… Ce n’est pas fini ça la rectitude politique? J’ai eu beaucoup de plaisir à lire ce billet et les commentaires qui ont suivi, je ne changerais pas une virgule.

Comments are closed.