Le nationalisme d’ouverture

Les Québécois francophones se comportent de plus en plus comme une majorité solide plutôt que comme la minorité fragile du passé. Pour eux, l’anglais n’est pas la langue du colonisateur ou de la «grosse madame de chez Eaton», mais la langue d’une minorité qui a beaucoup contribué à l’édification du Québec.
Le nationalisme d’ouverture

2 Comments

John June 17, 2009

Aw, man. I liked being the bad guy. ;)

Patrick June 17, 2009

Hehehe

Comments closed