La coke, une excuse?

Il y a déjà un certain temps que je me pause une question et que je veux la pauser ici. Les évènements des derniers jours (que je regarde de très loin) m’en font me pauser une seconde, reliée de près à la première.

Avant les question; j’ai trouvé bien drôle Vendredi de voir que Lightspeedchick, Miss Sushi et MC ont toutes choisi le même moment ou presque pour venir à la défense d’André Boisclair. Rien contre, c’est la synchro que je trouve drôle.

Boisclair domine la course au leadership du PQ. Cool. Ils sont (peut-être) habitué au fait qu’il soit homosexuel, ils voient sa jeunesse, dynamisme, beau look, aiment ses idées (je suppose) et croient avoir en lui le leader idéal pour battre Charest et se réessayer pour un référendum. La question que je me pausais depuis un certain temps; Pensez-vous vraiment que la population québécoise, particulièrement les régions, ou le PQ est le plus fort, est prête à élire un gay au poste de premier ministre?

Ce serait bien avancé—certains diront normal—de notre société et une belle marque d’ouverture mais… je me demande si on est vraiment rendus là. Avant de dire “ben oui” à pleins poumons, pensez Québec au complet, pas juste votre cercle d’amis allumés. Moi je m’en xriss, mes amis s’en xriss mais le reste du Québec?

Seconde question, plus cinique encore; Les membres du PQ ne peuvent pas vraiment, political correctness oblige, s’objecter à la candidature de Boisclair pour cause de “gaité”. Ne pensez-vous pas que ça puisse expliquer leurs vicieuses et répétées attaques pour l’histoire de coke? “On pouvait pas l’attaquer, là on l’ramasse, Yes!!”.

Je me doute que la réponse est, dans la plupart des cas, non, ils n’ont pas son orientation sexuelle en tête mais… probable que certains se rattrapent maintenant qu’une ouverture plus simple s’offre à eux. Non?

6 Replies

Reply section is closed.