Autre question


Learn more

Michelle parle du retard de deux ans que le Québec aurait sur les autres. Je suis pas mal d’accord, le chiffre de deux ans doit évidemment varier selon les comparaisons et l’exemple de Second Life n’est peut-être pas le meilleur. SL a duré très peu longtemps en terme d’impact média et n’a jamais, selon moi, été vraiment valide autre que comme “boîte de sable” pour expérimenter le 3D, je ne vois pas de mal à ce que nos politiciens aient sauté cette plate-forme même si j’admet que de façon générale ils font dur sur le web.

La raison de mon entrée est autre. On aime bien repenser au temps ou nous étions devant la France (et bien d’autres) en terme d’accès internet et d’accès haute vitesse. On se sert de cet exemple pour montrer que nous avons déjà été leaders et avons perdus cette avance. Ma question : Avons-nous déjà étés en avance avec un aspect quelconque d’internet, autre que ce bref moment ou, par chance, nos infrastructures de communication téléphone et cablé nous ont donné un bon coup de main côté adoption internet? J’aurais tendance à dire que non. Nous avons eu un bref moment d’avant-gardisme du côté infrastructure et c’est tout. Pas arriérés complètement mais rarement à l’avant. Je me trompe?

[Mise à jour le 20] Pas de réponse donc pas d’exemples contraires? ;)

Plus sérieusement, j’ai répondu à un autre “commenteur” sur l’entrée de michelle, j’ai décidé de me l’archiver ici.

@Marc Desjardins faudrait au contraire peut-être arrêter de se donner l’excuse de la petitesse du marché, on aime se venter de notre créativité, ce devrait être possible de sortir du Québec, au besoin, pour trouver de plus gros marché si c’est ce que ça prend.

Côté web de toute façon, ce sont rarement les grosses boîtes qui font l’innovation, beaucoup des choses que nous regardons en nous trouvant en retard ne sont pas faites par des gros aux US ou ailleurs mais bien par de petites boîtes dynamiques.

Je reviens de quelques jours au Danemark, population de 5 millions, citoyens les plus heureux au monde, plein emploi, langue qu’ils sont seuls à utiliser et qui donc les isolent beaucoup plus que le Français, qui nous donne quand même accès au reste de la francophonie. Leur économie est aussi dépendante de multiples coop et 38% des employés le sont par le gouvernement, ce qui ne menerais pas, selon vos commentaires, à de l’innovation. Et pourtant, quel bel exemple pour le Québec sur à peut prêt tous les fronts.

Je n’ai pas une idée exacte de leur situation internet mais indépendamment de ce domaine particulier, ce pays, comme l’Islande, comme l’Irlande (avant la crise), comme la Norvège (ok, ils ont du gaz), comme la Finlande, nous offre un paquet de preuves que “size doesn’t matter”, faut arrêter de voir comment ça se fait en France et aux US, de grand pays, et prendre notre inspiration ailleurs, dans des endroits plus similaires et qui, de toutes façon, nous offre en même temps de meilleurs exemples de développement durable et de gestion de l’environnement.

(Et avant qu’on m’accuse de changer de domaine et de tout mélanger, rappelez-vous que tout est justement interconnecté et mélangé et que si ça se fait dans d’autres domaines, un domaine utilisant les technologies de l’information, si accessible, devrait pouvoir y parvenir aussi.)